Au delà du handicap sensoriel

 

A- A A+


Acceder a un contenu personnalisé
   Vous ETES

  un professionnel
  un particulier

Faire un don

cliquez ici pour contacter l'irsam

 
Ou nous trouver
Cliquez ici pour découvrir nos établissments et service en métropole Cliquez ici pour découvrir nos établissements et service à La Réunion

Du 18 au 30 juillet, Makasidy Omar, jeune athlète au sein de l’établissement IRS de Provence IRSAM et licencié à l’USPEG, a participé aux Deaflympics.

Moins répandu que les Jeux olympiques ou les paralympiques, les Deaflympics sont pourtant un événement sportif international important. Cette année, ils se déroulent dans la province turque de Samsun.

Les Deaflympics (appelés aussi Jeux olympiques des sourds) ont lieu tous les quatre ans, et sont la plus ancienne compétition multisports après les Jeux olympiques. Seuls les athlètes ayant un seuil d'audition de moins de 55 décibels et ne disposant pas de dispositif de correction auditif peuvent participer.

Cette année près de 3 300 athlètes en provenance de 96 pays se sont donnés rendez-vous du 18 au 30 juillet à Samsun (Turquie) pour la 23e édition des Deaflympics.

L'édition 2017 enregistre un nouveau record de participation. Des délégations venues des cinq continents seront présentes. 21 sports sont au programme : athlétisme, badminton, basket, beach volley, bowling, course d'orientation, cyclisme sur route, football, golf, handball, judo, karaté, lutte libre, lutte gréco-romaine, mountain bike, natation, taekwondo, tennis, tennis de table, tir sportif, volley ball.

Championne de France Handisport, Makasidy Omar a participé pour la première fois aux Jeux olympiques des sourds. Engagée pour le 100m et le saut en longueur, elle a représenté le maillot français et l’Association IRSAM.

Voici un témoignage de la jeune athlète :

"Je suis contente de m'être qualifiée en finale du saut en longueur. 

Je me suis classée à la 8ème place au niveau mondial. C'est la première fois que je participais aux Deaflympics. C'était une belle expérience que j'ai partagé avec les athlètes des autres pays, et ceux de mon équipe de France. Un grand merci à moncoach du club de l'USPEG (Antoine Maillan) pour sa présence et son soutien tout au long des épreuves. C'était vraiment extraordinaire.

Pour le saut en longueur, la préparation mentale était primordiale à cause de ma blessure à l'Ischio droit : "Pour oublier ma blessure et faire une belle performance, il fallait que mes pensées, mes émotions soient positives, c'est ce que je pense avoir réussi...!»

Pour cette première expérience, elle décrocha la huitième place au niveau mondial et la sixième place au classement européen malgré sa blessure.

L’association IRSAM est fière d’accompagner des sportifs de haut niveau au sein de ces établissements. Félicitations, à toi et ton coach Antoine, entraineur à l'USPEG. 

Nous te souhaitons un bon rétablissement et pleins de médailles pour la prochaine saison sportive !

 

 

 

L’établissement IRSAM Arc-en Ciel a souhaité s’inscrire dans un partenariat avec l’association Concordia, afin d’aménager les jardins et créer des espaces de vie et d’apprentissage pour leurs jeunes. Les jardins de l’institut Arc-en-ciel sont actuellement très peu utilisés et non adaptés à l’ensemble des résidents. Le but de ce projet, qui, dans l’idéal, devrait se dérouler sur plusieurs années, est d’aménager différents espaces (jardin potager, sensoriel, agrumes, etc.) pour l’apprentissage et le développement sensoriel des jeunes résidents, tout en leur permettant un accès adapté. Un autre aspect est la création de liens et d’échanges entre les résidents de l’institut, leurs parents, les habitants de Marseille et les bénévoles internationaux venant de tous horizons.

En effet, dix adolescents venus de six pays, quatre français dont Thomas de l'Arc-en-Ciel, un ukrainien, un russe, une tchèque, deux italiennes, un turc, âgés de 14 et 20 ans sont arrivés à l'Arc-en-Ciel depuis le 10 juillet. Les jeunes sont accompagnés de Raphaëlle Deleau, animatrice technique et Alexia Alvarez, animatrice de vie collective.

Les jeunes  ce sont occupés de la création d'un jardin  ils étaients logés à l’institut afin d’accomplir les travaux suivant :

- Création de 5 à 8 jardinières de différents niveaux

- Débroussaillage et initiation au compostage

- Nettoyage et rangement de la serre

Un apéritif à été organisé le mercredi 19 juillet pour remercier les jeunes et découvrir les nouveaux  jardins !!

 

 

 

 

Le samedi 1er juillet, près de 250 personnes, jeunes, familles et professionnels, étaient rassemblées à l'IES Les Primevères à Lyon pour leur fête d'été annuelle.

Ce fut l'occasion pour cet établissement de mettre en lumière la bienveillante générosité des Kiwanis, club service international né aux Etats-Unis il y a 100 ans.

A Lyon aux Monts d'Or, le club des Kiwanis a 35 ans et a toujours été fidèle aux Primevères avec des fonds permettant de contribuer à "la bonne vie des enfants déficients visuels des Primevères" avec notamment un mur d'escalade, une salle de soins esthètique, une balnéothérapie, des véhicules, des tablettes et également des baptèmes de l'air et des initiations à la voile.

Une plaque a été dévoilée lors de cette fête avec la présence de tous et illustrant cette belle amitié de 35 ans...

En mai la France s’anime avec le Festival de Cannes et Roland Garros et en juin par la fête du complexe Apraxine à Nice.

Le 17 juin 2017, les résidents ont invité leurs familles, les bénévoles, les partenaires pour une soirée Guinguette qui restera gravée dans les mémoires.

Un groupe de musique (Lucky Star) est venu animer cette soirée, accompagné par différents buffets et des animations (sarbacane, tombola…).

Voici quelques réactions de résidents :

Valérie M. : « C’était bien »

Françoise G. : « J’ai bien apprécié, c’était bien organisé et j’ai soufflé dans la sarbacane »

Samia B. : « Repas vachement copieux, je me suis cassée la figure en dansant »

Gislaine P. : « Le pain était mou et tendre, il était délicieux »

Roberte G. : « Monsieur Glories danse très bien, il y avait de l’ambiance »

Béatrice G. : « J’ai dansé avec Monsieur Issico »

Aude L. : « Beaucoup de monde »

Gisèle G. : « Cela changeait de style »

Marie M. : « C’était vraiment la guinguette, j’étais mieux qu’une reine »

Marie Claude B. : « J’avais mis une belle robe »

 

Découvrez les photos en cliquant sur le lien suivant :

Diaporama Guinguette